À Paris, tu ne sais pas qu’il y a une vie au-delà du périph!

Ah, les Parisiens ! Toujours pressés, à faire la gueule, à râler contre les métros de province (et les grèves de la RATP)…
Des clichés ? Certes. Mais quand le cliché est manié par des Parisiens qui parlent à des Parisiens, ça a forcément plus de sel. C’est ce que propose le Stade Français dans sa dernière campagne de communication élaborée par l’agence Comquest.
Le résultat ?

Le Stade Français, une identité 100% Paris revendiquée

  • Une campagne d’affichage et d’insertions presse, reprenant à loisir le rose du Stade Français et clamant : « À Paris, on est snob… mais on sait se lâcher ! »  ; « À Paris, on fait la gueule… mais on voit la vie en rose ! » ; « À Paris, on est cliché… mais on fait des selfies ! »

Campagne de communication du Stade Français "A Paris on fait la gueule"

  • Deux web-séries, l’une « Brèves de vestiaires » dont les épisodes seront postés avant les matchs à domicile, l’autre « Au-delà du périph' » pour les matchs à l’extérieur. Avec, pour la première, des joueurs de l’effectif présentant les rencontres de façon légère ; pour la seconde, des animations humoristiques présentant la ville du club adverse.

L’objectif, ce n’est pas seulement de se démarquer pour être mieux ou plus remarqué parmi la pléthore d’événements sportifs que propose la capitale, c’est aussi d’affirmer une identité : rien n’est plus Parisien que le Stade et c’est être pleinement Parisien que d’assister aux matchs à Jean Bouin. Avec, toujours, ces visuels dynamiques faisant des millenials une cible prioritaire. 

Comme l’explique Renaud Blondel, directeur associé de Comquest, dans un communiqué :

« Nous avons d’abord souhaité conforter la place statutaire du Stade Français comme LE club de la capitale et des Parisiens. […] Nous avons aussi tenu à rester fidèles à ce qu’est la fibre du club. Sa promesse, c’est le spectacle bien sûr. Mais aussi cette douce impertinence, la volonté d’être une équipe à part. »

La création d’un gimmick qui colle à l’identité du club et repris sur tous les supports

Si le jeu sur les stéréotypes est, en-soi, un grand cliché de la communication (voir l’échange Stade Toulousain-Stade Français ci-dessous, sur Twitter), il faut reconnaître qu’il fonctionne généralement bien.

Mais, chez Com’On Events, c’est plutôt les web-séries qui nous ont tapé dans l’oeil. Certes, il est toujours délicat de s’appuyer sur des sportifs dont les performances d’acteurs sont trop souvent… mauvaises – au mieux, courageuses (pas sûr que les rugbymen du Stade échappent à la règle). Reste que ce contenu 100% digital est un gimmick hebdomadaire qui colle parfaitement à l’identité du club, repris sur les médias sociaux et créant un rendez-vous amusant. L’exemple type du contenu suivi qui, s’il est textuellement et visuellement qualitatif et divertissant, saura faire une petite différence. 

Comme le dit l’épisode 3 d’Au-delà du périph, Toulouse est appelé la ville rose « pour que le Stade Français se sente comme chez lui »… Douce impertinence, hein !

stade-francais-paris-campagne-communication-2016-4