,

Second degré 2.0 avec le Téfécé !

80 ans, mais un état d’esprit plus jeune que jamais. En 2017 comme depuis quelques années, le Téfécé, c’est un peu le Benjamin Button du monde du football. Twitter, Facebook, partenariats innovants, contenu amusant et auto-dérision… Le Toulouse Football Club n’a jamais eu une image aussi sexy, parfois inversement proportionnelle aux résultats – ce fut le cas l’année dernière, avec une 17ème place finale en Ligue 1 – et au taux de remplissage de son stade – 50% en moyenne cette saison.

Avec 400 000 abonnés sur Twitter, les Toulousains jouent dans la même catégorie que l’AS Saint-Étienne, 495 000, et Lille, 484 000, devant des équipes comme Nantes, Rennes ou Bordeaux (le PSG, l’OM, Monaco et l’OL étant les quatre locomotives à plus d’un million). Mieux, en 2015, Toulouse pointait au 8ème rang des clubs français au nombre de fans cumulés sur Facebook et Twitter. Un petit exploit, lors même que le club est passé tout proche de la relégation ces deux dernières saisons, dans un environnement vampirisé par les rugbymen du Stade Toulousain.

La clef ? Un community manager capable d’auto-dérision

Le fruit, non du hasard, mais d’une véritable stratégie digitale au ton libre et efficace. Dans une interview pour un article publié sur BeIn Sports Your Zone, Claude Pèze, un twittos bien connu (aujourd’hui 41 000 abonnés avec son compte @pierre_far) qui a été recruté cet été comme community manager des Girondins de Bordeaux, apprécie sans réserve le travail effectué par les Toulousains, malgré la rivalité entre les deux villes : « Le TFC est la référence des clubs de L1 sur Twitter. En terme de quantité (d’abonnés), on est peut-être loin d’un PSG ou d’un OM, mais en terme de qualité, c’est le meilleur […] Le CM (community manager) est accessible, dispo et surtout capable d’une auto-dérision qui manque à beaucoup d’autres. »

Une stratégie axée sur les médias sociaux et les influenceurs

Ce CM, c’est Rémi Denjean, entouré d’une équipe éditoriale. Pour le blog de l’Autre Média, il expliquait, il y a deux ans :

« Très vite, nous avons compris que les réseaux sociaux allaient être des supports importants pour toucher notre public cible et, ensuite, le faire adhérer à nos messages et prises de paroles. De fait, nous nous sommes positionnés sur de nombreux supports, en réfléchissant à donner à chacun un concept particulier, en fonction des usages des internautes.

Ainsi, nous avons la répartition suivante : Facebook, notre café des sports, avec #LaQuestionDuJour pour lancer des débats ; Twitter, notre fil AFP, notre canal d’interaction privilégié avec nos supporters et, bien sûr, notre support décalé ; Instagram, pour découvrir les coulisses de l’équipe professionnelle et du club ; Pinterest, notre phototèque match ; Vine, avec les #FlashbacksTFC et les #HighlightsTFC ; Tumblr, Snapchat, Google+, Soundcloud… »

Une présence globale, renforcée par une stratégie visant les influenceurs avec la Betclic Suite, une loge privée au Stadium, où sont invités blogueurs et twittos : « Aujourd’hui les résultats sont toujours importants, mais la visibilité du club sur les réseaux sociaux, et sur Internet plus largement, devient tout aussi importante. En équipant notre stade d’une zone réservée aux personnes influentes, nous sommes sûrs d’obtenir des retours et de la visibilité supplémentaire », continue Rémi Denjean.

Dernier coup en date : des vœux 100% vintage


Le making-of de la séance photos des vœux 2017 par TOULOUSEFOOTBALLCLUB

Et, pour obtenir ces retours, le TFC choisit de faire sourire. Ainsi, en janvier, pour les vœux 2017, année des 80 ans du club, les joueurs et l’entraîneur se sont greffés moustaches fournies, maillots historiques, nuques longues et coupes passées. Sympa et décalé !

Mais, des coups de com’ comme celui-ci, les « violets » en sont devenus spécialistes. Coup d’oeil sur six exemples marquants.


 1/ Le cadeau de Kid Wise à Yann Barthès

Mi-janvier 2017, le groupe toulousain Kid Wise est invité à jouer son dernier morceau sur le plateau de Quotidien, l’émission présentée par Yann Barthès sur TMC. Pour l’occasion, les membres du groupe offrent un maillot du TFC dédicacé par Pascal Dupraz, l’entraîneur : « Merci pour les clins d’oeil « quotidiens » ! »

Il faut dire qu’une des rubriques de l’émission, « Lundi transpi », reprend souvent les propos hauts en couleur de Dupraz. Un bon coup de pub auprès d’une cible généraliste : Quotidien rassemble pas loin d’1,5 million de téléspectateurs par jour

2/ Joyeux anniversaire, Zlatan !

Le 3 octobre 2014, à l’occasion des 33 ans de Zlatan Ibrahimovic, les Toulousains envoient un colis cadeau au Suédois. À l’intérieur ? Deux maillots du Téfécé floqués aux noms des enfants de Zlatan, un exemplaire d’un jeu vidéo de guerre, Call of Duty, et une crème pour soigner la talalgie dont il souffrait à l’époque. Le tout, agrémenté d’une lettre plutôt bien tournée :

« Cher Zlatan,

Aujourd’hui est un jour spécial pour toi. Et donc, de fait, pour toute la France. Comment ça pour toute la France ? Pour la planète entière ! Oui, aujourd’hui, c’est ton anniversaire. 33 ans, l’âge du Christ, ton fils. »

Une initiative évidemment relayée dans tous les médias. Et oui, dès qu’il s’agit de Zlatan, tout est décuplé… Intelligent !


Notre colis-cadeau pour Zlatan !!! par TOULOUSEFOOTBALLCLUB

3/ Un A380 affrété pour Cristiano !

La force de l’équipe éditoriale du TFC, c’est aussi sa capacité à créer une communication contextuelle, s’appuyant sur l’actualité. Ainsi, en 2013, c’est en réagissant de façon humoristique à un article du Gorafi que le club a réussi à faire parler de lui.

avion-Airbus-cristiano-Ronaldo-A380-Toulouse-FC-le-Gorafi

Capture d’écran du tweet toulousain, rebondissant sur l’article du Gorafi. Notez le nom de l’Airbus… « Cristiano ».

Le site parodique avait en effet publié un article évoquant le possible transfert de Cristiano Ronaldo du Real Madrid à Toulouse en échange de deux avions A380. « On n’a pas d’argent, mais on a des avions », y affirmait le président garonnais.

Le CM de Toulouse n’a pas manqué de rebondir en postant un premier tweet : « Cristiano sera associé à #Trezeguet que l’on a acheté avec un coffret « Soleil » des Laboratoires Pierre Fabre ». Puis avec « la photo de l’A380 Cristiano qui amorce son atterrissage vers Madrid » sur Twitter (A380 affublé du nom de Cristiano), estampillée d’un hashtag #HalaToulouseFC, reprenant le célèbre #HalaMadrid. Bien vu !

4/ Les bingos toulousains

En partenariat avec Betclic, le TFC propose régulièrement des bingos. Ce fut le cas durant l’Euro, pour les matchs au Stadium, avec des grilles bien senties à télécharger. Pour chaque case cochée et quine complétée, Betclic gonflait de 100€ une cagnotte de paris gratuits, partagée ensuite après tirage au sort entre les internautes ayant participé au jeu.

5/ Une recrue imbattable : Thomas Ngijol

Janvier 2014. Communiqué de presse : le TFC annonce avoir recruté un joueur pour 24 heures et demi, qui sera présenté en conférence le lendemain. C’est Thomas N’Gijol et Fabrice Éboué, deux humoristes, qui s’installent dans la salle de presse, devant les journalistes, pour un moment abracadabrant qu’on vous laisse découvrir ci-dessous…


Thomas Ntop : Nouvelle recrue toulousaine par TOULOUSEFOOTBALLCLUB

En réalité, le TFC s’est tout simplement associé à la promotion du film Le Crocodile du Botswanga, réalisé par Fabrice Éboué, dont la sortie était prévue un mois plus tard. N’Gijol prêt à évoluer « en 4-6-2 » au poste « d’attaquant, ou de gardien, ou de gardien de stade »… Avouons que c’est efficace !

6/ Le piratage du site officiel par… un yéti 

Pirater son propre site, une idée saugrenue ? Pas tant que ça. En novembre 2014, tfc.info, site officiel du club, est la cible d’une cyberattaque. « Notre site officiel est le terrain de jeu d’un pirate et est hors de contrôle », confirme le community manager.

TFC piratage

Capture d’écran de la homepage du site tfc.info, lors du faux piratage.

La homepage met en scène un yéti, qui se revendique comme auteur de l’attaque, et le site est modifié avec des fakes sur fond de licornes, chats roses et portraits d’André-Pierre Gignac : la composition de l’équipe pour le prochain match comporte Cristiano Ronaldo, Hulk, Obélix ou Homer Simpson ; le site annonce un huitième de finale de Ligue des Champions à venir entre le TFC et le Real Madrid ; le dernier match semble s’être soldé par une défaite 25-0 face à Montpellier ; et le classement du championnat indique que le Yeti FC est leader devant le FC Ballon sur le Toit…

« Bonjour, peuple toulousain. Je suis Yétinonimous », explique le Yéti dans sa revendication vidéo. « Je suis le seul et unique responsable du piratage du site du TFC. Après mes nombreuses menaces, notamment lors du match Toulouse-Metz, non prises au sérieux, j’ai décidé de passer à l’acte. J’ai jugé nécessaire de pirater le site jusqu’à ce que l’on nous serve de la tartiflette dans les buvettes […]. In tartiflette we trust. »

Pourtant, les encarts publicitaires, eux, n’ont pas bougé… Ce qui met rapidement la puce à l’oreille, jusqu’à ce que le club confirme ce dont on se doutait : tout était fake. Une opération de com’ montée avec Altiservice, gestionnaire de stations de ski dans les Pyrénées. Opération débouchant sur le match du week-end avec des animations sports d’hiver proposées sur le parvis, devant le stade, le speaker en combinaison et le yéti en personne qui donne le coup d’envoi de la rencontre. Cohérent ! 

 Et un travail au quotidien…

Enfin, si le Téfécé marche aussi bien sur Twitter, c’est aussi pour ses mentions parfois improbables. Rihanna, Beyonce… C’est cette attitude, bien loin des messages aseptisés des comptes institutionnels et, au contraire, pleinement humanisée, qui fait le succès du @ToulouseFC